Pvs / Scénarios
AntanariaDamnationNightfallRedemptionAtlantisLondon
pv1
Information et tout le tralala.
Lien du PV1 Antanaria
image fond Antanaria
image fond Damnation
image fond Nightfall
image fond Redemption
image fond Atlantis
image fond London
Bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
Derniers Sujets


Multi-univers (médiéval fantasy, huit clos, post-apocalyptique, futuriste, dark london historique. A vous de choisir !)
 

Albion : Croyances & Religions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Folk Stories
classifié(e) comme
FolkStories
http://folkstories.forumactif.com http://folkstories.forumactif.com http://folkstories.forumactif.com
Agenda
Feuille de route
Agenda: Fermé
Marché Noir:
IdentityLocalisation : A travers le temps et l'espace...
Mood : Changeante...
Occupation : Vous observer.
Statut : In Love
Bout d'âme : A CORRIGER

Avatar : Aucun.

Message signé Folk Stories le Mer 17 Sep - 11:34

L'Univers Albiens
Réincarnation et réminiscence du passé...

Albion, terre du magicien enfermée derrière un écrin de verdure. Un royaume qui depuis la guerre des sorciers n'a plus eu le droit d'échanger avec le reste des Antanariens. Un royaume pourtant riche de coutumes, de légendes et de croyances. Un royaume qui aujourd'hui, pour la première fois depuis des centaines d'années, va enfin pouvoir faire valoir son droit d'existence et de terres en Antanaria. Le grand conseil ouvre ses portes, tout comme les albiens qui vont venir mêler leurs histoires et leurs desseins aux restes de la population.

Découvrez en quelques archives ce que les Albiens sont et préparent...

Rencontre au sommet...


« Une croyance qu'ils cherchent surtout à établir, c'est que les âmes ne périssent point, et qu'après la mort, elles passent d'un corps dans un autre, croyance qui leur paraît singulièrement propre à inspirer le courage, en éloignant la crainte de la mort. »
Par Jules César.

(Des liens au sein de l'échange ont été disposées pour vous permettre de mieux visualiser la situation et vous renvoient vers d'autres archives complémentaires, mais toutes facultatives).

Et si la légende disait vraie ? a écrit:

Silencieusement, l’inconnue regardait autour d’elle une galerie d’art ou des tableaux de différentes époques d’Antanaria se succédaient, comme une sorte de vestige du temps passé. Une galerie qui lui rappelait des souvenirs lointains, d’une autre terre et d’un autre temps. Elle lit quelques noms sur les toiles, quelques signatures également sans pourtant parvenir à véritablement mettre une histoire sur ces auteurs inconnus. Tel est le prix d’être une étrangère en ces terres, une terrienne, ce qui rendait d’autant plus étrange sa présence en ces lieux. Pourquoi Leander Rhal, seigneur sorcier d’Albion, l’avait-il invitée, elle, à venir en ces lieux interdits pour le commun de la population antanarienne ?

-Ah Elenna ! Quel plaisir de vous rencontrer enfin ! Votre beauté est au-delà de toutes les prédictions que l’on m’avait faites vous concernant.

S’inclina justement l’opportun dans un baisemain élégamment exécuté. La jeune femme avait quant à elle sursauté à sa présence, elle ne l’avait ni senti, ni entendu arriver, ce qui était un comble quand on avait des sens aussi sur-développés que les siens.

-Seigneur Rhal, je dois dire que les raisons de ma présence ici m’intriguent fortement. Si j’apprécie l’escorte que vous m’avez envoyée, je vous avoue qu’il est assez rare que je réponde à une offre comme la vôtre. Puis-je connaître les raisons de ma présence ici ?

Les Mord’Siths étaient en effet venue jusqu’à elle, en Antanaria, jusqu’à son repère pour lui ordonner de l’accompagner. Seul le nom de Destan l’avait empêché d’attaquer…

-Je devine les raisons de votre venue et je ne m’attendais pas à tant de compréhension de votre part. Vous n’êtes, semble-t-il, pas un être de patience milady. Marchons un peu ensemble voulez-vous, que je puisse vous expliquer ?

Ainsi il s’attendait à ce qu’elle tue ces gardes du corps qu’il lui avait envoyé et il n’avait pas tort, elle l’aurait volontiers fait, mais il oubliait à qui il parlait. Il oubliait qui l’avaient formé. La réputation avait du bon parfois. Celui en tout cas, pour Rhal, de la sous-estimer. Aussi prit-elle son bras pour l’accompagner.

-Joli bague, ma dame…

Peut-être pas tant que cela finalement. Ainsi, il savait ? Lisait-il dans les pensées ? Ou bien sentait-il le pouvoir magique du bijou qu’elle portait ?

-Voyez-vous nous sommes dans la galerie de mes ancêtres. Ces tableaux racontent l’histoire d’Albion. Vous en a-t-on fais le récit ma dame ?

La vampire ne connaissait de ces terres que ce que les habitants d’Antanaria en racontaient. La magie, le mal, le danger. Elle connaissait en gros l’histoire de la guerre des sorciers, mais en ignorait le fondement. Peu de gens parlaient d’Albion autrement que comme une sorte de mythe pleins de danger. Peu connaissaient encore l’existence du château ou encore de la lignée Rhal et d’aucun souvenir ne justifiait à ses yeux sa présence sur les terres de son hôte.

-Je suis encore jeune pour ses terres.

Se justifia-t-elle, ainsi, malgré son siècle passé.

-C’est vrai !

Sourit-il simplement en s’arrêtant un instant pour la contempler avec envie et curiosité avant de l’enjoindre à reprendre leur marche.

-Pourtant, vous en savez probablement bien plus sur nous que le reste des habitants d’Antanaria. Vous êtes née sur Terre, là où notre histoire a pris naissance.

Ce n’était pas vraiment de la curiosité, plus de la surprise qui la poussa à se tourner vers lui pour le contempler à son tour. Où voulait-il en venir ? Qu'est-ce que son monde de naissance, la Terre, venait faire là-dedans ?

-Je viens de surprendre la grande Elenna, voilà mon destin accomplit.

Se moqua-t-il gentiment une main sur le cœur.

-Vous seriez surpris du nombre de chose qui me surprenne au quotidien mon seigneur. Je suis juste, en général, assez intelligente pour le cacher.

*Au moins à mes ennemis !*

Lui répondit-elle avec la même note d’humour qu’il avait exprimé, avant de l’inciter d’un sourire à poursuivre.

-Et bien, Albion est en fait l’ancien nom porté par votre Grande-Bretagne. Il y a des siècles de cela, alors que les fae y résidaient encore. S’était à l’époque où les portes de leurs royaumes étaient encore ouvertes vers votre dimension…
-De là sont nées les légendes des lutins, des fées, des centaures et bien d’autres encore. Je connais cette histoire, j’ai eu l’occasion d’en discuter avec un des principaux intéressés.

Le coupa-t-elle.
Ce fut au tour de Rhal d’être surprit cette fois.


-Vous avez rencontré un fae ?

Un sourire naquit sur les lèvres de la jeune femme.

-J’ai croisé beaucoup de monde dans ma jeune existence mon seigneur, dont des créatures encore inconnues ou disparues des terres d’Antanaria.

Un instant le roi se perdit dans ses pensées.

-Intéressant ! Il faudra que vous racontiez tout ça lors de notre prochaine rencontre.

Se caressa-t-il la barbe avant de continuer.

-Ainsi et comme vous le savez, les faes sont souvent intervenus auprès des humains, pour créer les légendes que l’on connaît aujourd’hui. Celle de Robin des bois ou encore celle du Roi Arthur et des chevaliers de la table ronde pour ne citer que les plus mythiques.

Était-ce pour lui raconter des contes de fées qu’il l’avait faite venir jusqu’ici ? Si s’était le cas elle perdait son temps et au vu du programme qu’elle se réservait, s’était quelque chose qu’elle ne pouvait pas se permettre.

-Seigneur Rhal !
-Patience, patience, mon ange vous allez bientôt comprendre.

Se renfrognant, Elenna reprit la maîtrise d’elle-même en quelques instants pour d’un sourire, l’inviter à reprendre.

-Je disais donc que les faes sont intervenus dans la création de Camelot et des légendes qu’elle a abritées. Ces destins hors du commun qui marquent encore, si j’en crois ce que l’on m’en dit votre monde.

Un instant, il se tu, avec au fond du regard un appel dévorant. Il mourrait d’envie de savoir si s’était encore vrai, mais la vampire n’était pas encline à lui répondre, elle détestait perdre son temps et s’était très précisément ce qu’elle avait l’impression de faire en cet instant. C’est donc d’un soupir, après l’avoir supplié du regard de lui répondre, qu’il se décida à reprendre.

-Vous n’êtes décidément pas une femme facile Elenna ! Alors je vais poursuivre. L’histoire raconte que lorsque les faes sont arrivés en Antanaria, ils ont emmenés avec eux une part de votre monde. Ce n’était bien sûr pas volontaire, mais pour une sombre raison, ils ont dû fermer cette porte entre votre monde, ma dame, et le leur. On raconte que la magie employée fut si forte, qu’un bout de terre se détacha pour disparaître dans le couloir inter-dimensionnel en même temps que cet accès à votre univers…

Voilà qui tournait à la science-fiction, mais qui était tout à fait plausible au vu de ce que son existence lui avait appris des Faes.

-La légende veut que les faes, une fois remarqués les conséquences de leur magie, déposèrent leur fardeau sur le dernier monde qu’ils avaient décidés d’investir. Un monde de pouvoir, de courage et de valeur, autour duquel ils bâtirent les terres que l'on connaît aujourd'hui comme étant Antanaria.

En cet instant, l’invitée du sorcier était captivée par ses paroles. Elle commençait à entrevoir où il voulait en venir, sans pour autant parvenir à mettre la main sur la chute qu’il lui réservait. Aussi, et presque religieusement, oubliant même de respirer, elle attendait qu’il sorte de ses pensées pour poursuivre.

-Respirez Elenna, respirez, vous me mettez mal à l’aise.

Un petit rire accueillit les paroles du sorcier. En règle général elle faisait attention à ne pas briser les règles établies par la nature, mais elle avait l’impression que quelque chose d’important lui échappait, ce même quelque chose qui expliquerait sa présence ici, quelque chose qui pourrait une nouvelle fois bouleverser son monde et dieu ou dieux seul(s) savait/ent combien elle avait l’expérience d’être mise à terre et combien elle commençait à redouter ce qu’il se préparait à lui avouer…

-Mon royaume se trouve aujourd’hui sur une colline et mes ancêtres n’ont jamais changé le nom de ce château. Conscient du présent qui leur avait été accordé, de ce morceau d’ailleurs, berceau même de ma magie. Cette terre venue tout droit de votre monde. Une terre celte. Albion la grande, Albion la généreuse ou et si je ne me trompe pas et je ne me trompe pas que rarement croyez-moi, celle que vous appelez Camelot. Terres du roi Arthur et des chevaliers de la table ronde.

Se faisant, il s’était arrêté pour se tourner vers elle et sonder ses réactions, mais la vampire, face à cet aveux, ne savait pas si elle devait exploser de rire, lui proposer de rencontrer – comme on disait sur terre – un spécialiste ou bien si, pour des raisons politiques, elle devait prendre au sérieux ce pauvre fou qu’il était à ses yeux en cet instant.

-Vous êtes tiraillée ma dame je le sens, mais je peux prouver ce que j’avance. Bien avant la guerre des sorciers, mes ancêtres ont souhaités conserver les mémoires de la naissance d’Albion en Antanaria. Ils ont consignés toutes les informations sur le roi Arthur et sa cour, leur descendance et les légendes qui s'y attachent.

Toujours aussi sombre, Elenna contemplait le sorcier tel un danger potentiel. Il n’était pas le premier fou à lui parler de Camelot. Légende sur Terre qui avait amené nombre d’Hommes au suicide. L’une de ses rencontres se jurait même être le descendant direct du roi Arthur et d’avoir en sa possession la véritable Excalibur.

-Vous vous moquez mon seigneur ?

Gronda-t-elle mécontente en découvrant de sa lèvre supérieure ses canines naissantes.

Déjà une dizaine de Mord’Sith sorties de nulle part, mais dont l’odeur avait chatouillé les narines de la vampire tout au long de sa rencontre avec le roi d’Albion, se précipitaient pour protéger leur seigneur.


-Reculez !

Ordonna-t-il fermement.

-Je ne suis pas plus fou que vous l’êtes et vous plus que toute autre devrait pouvoir entendre ce que j’ai à vous dire. Vous venez de la Terre Elenna, vous avez vu des royaumes tomber, vous-même êtes devenues une légende sur votre monde comme sur celui-ci.
-Mais la magie des Faes n’est en rien responsable de ma destinée. Mon expérience de la magie ne repose en rien sur des fadaises légendaires. Je…SUIS ma propre destinée, ce sont mes choix qui m'ont mené jusqu'ici.

Le ton montait entre les deux protagonistes de façon croissante. L’un se rapprochant de l’autre dangereusement, faisant crépiter l’air autour d’eux de menaces et de magies mêlées…

-Vraiment ? Et comment peux-tu en être si sûr ?

La gronda-t-il en oubliant les convenances…

-Comment, toi qui a navigué d’un monde à un autre, toi qui t’es baignée dans la magie, qui a côtoyé des fae, qui est revenue de la mort peux-tu prétendre l’avoir fait seule, sans magie ? Tu es forte Elenna, probablement l’une des femmes les plus fortes qui m’ait été l’occasion de rencontrer, mais tu n’es pas aussi maîtresse de ton destin que tu le crois. Je suis en train de te donner la clé de ton passé, de ton présent et de ton futur. J’essaie de t’expliquer que tout ce dont tu rêves, tous ce que tu as traversée jusqu’ici n’était pas en vain. Je détiens, dans la bibliothèque du château les preuves de ce que j’avance Anastasia. Je peux ...

Aussi preste et rapide que le vent, Elenna saisit le sorcier à la gorge en sortant les crocs. Comment osait-il employé son prénom de naissance ? Comment même le connaissait-il ? Mais d’un mouvement des mains, comme aspirée par derrière, elle fut soudain projetée lourdement contre un mur. Le sorcier était puissant, aussi puissant qu’il le prétendait. Plus puissant qu'elle l'espérait, alors, et tandis que reposant sur son séant elle le regardait avec méfiance et sauvagerie, il s’avança pour lui tendre la main.

-Oui, je sais qui vous êtes, peut-être mieux que vous-mêmes.

Commença-t-il en redevenant l’hôte parfait qu’il avait été un peu avant, puis, lui tendant la main pour l’aider à se relever…

-Qui est le fou entre l’inconscient qui refuse de voir la vérité et celui qui la détient malgré toutes les règles établies ? Avoir traversé tous ce que vous avez traversés pour finalement mourir et être oubliée, à quoi bon ? Ne serait-il pas plus juste de pouvoir donner un sens à tout ça ? A toutes ses souffrances et ses sacrifices ? Est-ce si fou d'imaginer qu'une destinée plus grande encore nous attend et que tous nos actes passés nous conduisent simplement à l'embrasser ?

Longuement elle contempla son regard à la recherche de cette lueur si particulière de folie. Une lueur qu’elle avait savamment appris à discerner alors qu’elle était au service d’un roi vampire, sur Terre. Mais rien, dans son regard sombre, ne laissait transparaître sinon la plus solide foi en ce qu’il disait. Le sorcier était peut-être fou, mais il croyait en ce qu’il prononçait. Aussi finit-elle par lui tendre la main en lui demandant.

-Pourquoi suis-je ici ?

Elle ne croyait toujours pas un traître mot de ce qu’il lui racontait et malgré les preuves qu’il s’apprêtait à lui montrer, elle ne finirait par croire réellement à cette histoire que bien plus tard, dans cette nouvelle aventure qui l’attendait…

-Parce que je suis le descendant de Merlin, qu’Albion est Camelot, que j’ai en ma possession Excalibur dans son rocher que nuls humains, sorciers ou autre créature de ce monde n’a réussi à la sortir de sa pierre. Parce que même le souffle du dernier dragon n’a pas eu raison de son acier et de la magie qui l’entoure. Parce que j’ai des registres qui traversent le temps et les dimensions et parce que, même si la guerre des sorciers a ravagé nos mémoires récentes et les preuves que nous avions, je crois pouvoir dire qu’après ces trente dernières années de recherche que tu es celle qui ramènera Arthur jusqu'à son trône. Mais pour l'instant, laisses-moi te prouver ce que j'avance...



Invité, es-tu le prochain roi Arthur ?


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Folk Stories
classifié(e) comme
FolkStories
http://folkstories.forumactif.com http://folkstories.forumactif.com http://folkstories.forumactif.com
Agenda
Feuille de route
Agenda: Fermé
Marché Noir:
IdentityLocalisation : A travers le temps et l'espace...
Mood : Changeante...
Occupation : Vous observer.
Statut : In Love
Bout d'âme : A CORRIGER

Avatar : Aucun.

Message signé Folk Stories le Mar 30 Déc - 10:28
Mythologie et religion...




Les dieux de la mythologie Celtes sont appelés les Tuatha Dé Danann, c’est-à-dire gens de la déesse Dana. Originaires de quatre îles au nord du Monde (Falias, Gorias, Findias et Murias), la légende veut qu'ils aient débarquer le jour de Beltaine, emmenés par les druides Morfessa, Esras, Uiscias et Semias. Bien plus tard, alors que les Tuatha Dé Danann eurent finis la création du monde, apparurent un nouveau peuple nommé Milesiens qui les chassèrent du monde. Contraint de quitter notre terre, les Tuatha se réfugièrent alors dans le Sidh (dimension parallèle à celui des Hommes).

Dieu hors classe :


Lug : Il est le père de la création, véritable spécialiste de la communication et protecteur des arts.


Dieux à fonction sacerdocale :


Dagda : Il est le Dieu des druides, il a en charge le sacré, la science, la musique et les contrats. Il règne sur le temps, l'éternité et sur les éléments, ainsi que sur le Sidh (monde parallèle).


Dieux à fonction guerrière :


Ogme : Il a pour fonction de diriger les héros et les guerriers et en tant que dieu de la magie, il aurait le pouvoir de paralyser ses ennemis. La légende veut qu'il soit le dieu ayant créé l'écriture, par conséquent, l'éloquence et la poésie entre également dans ses attributions.

Nuada : Sa fonction est d’assumer la royauté et d’assurer la redistribution des richesses.

Maponos : Dieu de la force et de la vigueur.


Dieux à fonction artisanale :


Goibniu : Chef des artisans métallurgistes, il est responsable de la fabrication des armes magiques pour les dieux, les héros et les druides.

Credne : Il est le dieu-bronzier. Il aide les autres dieux à fabriquer des armes.

Luchta : Il est le dieu-charpentier. Il est celui qui travail le bois des armes.


Dieux de la vie quotidienne :


Diancecht : Dieu-médecin. Son nom qui signifie : « prise rapide » évoque la précision de sa magie et l’efficacité de sa médecine.

Oengus : Il est le dieu de la jeunesse. En tant que tel le temps et l’éternité sont sous sa responsabilité.

Toutatis : Dieu protecteur d’une communauté et de son territoire. C'est lui qui juge les morts et décide de la réincarnation qu'ils méritent ou mieux, s'ils méritent de vivre éternellement dans le territoire de Aballon.

Taranis : Dieu du Ciel et de l'Orage.

Ésus : Dieu artisan, dieu des voyages, protecteur des commerçants, défricheur de forêts et charpentier.

Succelos : Il est le Dieu des forêts et de l'agriculture.


Dieux totémiques :

/!\ Les Celtes ne vénéraient pas des dieux mi-hommes mi-bêtes : les attributs animaux n'étaient là que pour souligner un aspect symbolique du dieu.

Cernunnos : Dieu-cerf, divinité du monde souterrain, intermédiaire entre le monde des vivants et celui des morts. Il est aussi lié à la nature et aux animaux.

Épona : Déesse protectrice des chevaux.

Damona : Déesse des sources, elle est la parèdre de Borvo, Albius et Moritasgus.


Autres divinités :

Borvo : Dieu du feu souterrain et des sources bouillonnantes.

Nissyen & Evnissyen : Les jumeaux représentent les deux aspects d’une même fonction, le ying et yang. Evnissyen est le frère diabolique.

Abnoba & Arduina : Déesses de la forêt.


Calendrier :

(Il s'agit du même que le notre)
Fêtes & coutumes:
 

Lieux de cultes :


Il s'agit de lieux naturels (montagnes, grottes, sources, lac,...) considérés comme habités par les dieux.

Rites & Sacrifices :


Comme pour toute religion, la notion de sacrifice est présente dans la spiritualité des Celtes. Il s’agit de rendre sacré (consacrer à la divinité) un objet, un animal ou plus rarement un être humain. Le sacrifice requiert un prêtre sacrificateur, obligatoirement un druide, un objet ou un être sacrifié (propitiatoire ou expiatoire) et l'assemblée. Dans le cas d’un animal ou d’un homme, la mise à mort est un « retrait de monde », donc une approche du divin. Il existe trois types de sacrifices :

  • sans effusion de sang, par les éléments
  • avec effusion de sang avec utilisation d’une arme
  • sans mise à mort

Ces sacrifices n'ont lieu que dans une volonté de rédemption, de purification dans l'espoir de voir les événements, la vie de tous, s'améliorer.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Folk Stories
classifié(e) comme
FolkStories
http://folkstories.forumactif.com http://folkstories.forumactif.com http://folkstories.forumactif.com
Agenda
Feuille de route
Agenda: Fermé
Marché Noir:
IdentityLocalisation : A travers le temps et l'espace...
Mood : Changeante...
Occupation : Vous observer.
Statut : In Love
Bout d'âme : A CORRIGER

Avatar : Aucun.

Message signé Folk Stories le Mar 30 Déc - 20:09
Mode de vie...




La société se divise en trois classes :

  • la classe sacerdotale, composée des druides, bardes et vates. Ils ont la charge d’administrer le sacré, donc la religion.
  • l’aristocratie guerrière, dirigée par le roi. Son rôle du roi est de garantir la prospérité et de procéder à la redistribution des richesses.
  • les producteurs-artisans et accessoirement des prisonniers de guerre et des esclaves. Ils ont la charge de pourvoir aux besoins de l’ensemble de la société.


L'éducation quant à elle se déroule comme au moyen-âge. Les plus pauvres, pour augmenter leur échelon social, peuvent intégrer l'armée en tant que fantassin. Mais uniquement pour les hommes. Les femmes quant à elles, sont élevées pour "rester à leurs places". Elles doivent savoir tenir un foyer, s'occuper d'un homme, des enfants. Seule la classe sacerdotale apprend à lire et à écrire ainsi que les hautes sphères de la société.

La classe sacerdotale :


Les druides sont des personnages sacrés, au-dessus des deux autres classes, intermédiaire entre les dieux et les hommes et dont la parole est primordiale. Si les domaines du religieux et du sacré sont de leur ressort, leur compétence s'étend à tout le savoir, notamment la justice et le droit, l'histoire, la magie, la divination, etc.

La classe sacerdotale se compose de trois spécialisations :

  • le druide « théologien » dont les domaines d’attribution sont la religion, le sacrifice, la justice, l’enseignement, la poésie, la divination, etc.
  • le barde est spécialisé dans la poésie orale et chantée, son rôle est de faire la louange, la satire ou le blâme.
  • le vate est un devin, il s’occupe plus particulièrement du culte, de la divination et de la médecine.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
classifié(e) comme
Agenda
Identity
Message signé Contenu sponsorisé le
Revenir en haut Aller en bas

Albion : Croyances & Religions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'Islam rejoint les autres religions
» L'histoire des religions et Tolkien
» PERFIDE ALBION.
» l armure du Chevalier
» « Bondye bon », un documentaire saisissant

Folks Stories :: Folks StoriesAccueil :: L'initiation... :: 1. L'Univers d'Antanaria-