Pvs / Scénarios
AntanariaDamnationNightfallRedemptionAtlantisLondon
pv1
Information et tout le tralala.
Lien du PV1 Antanaria
image fond Antanaria
image fond Damnation
image fond Nightfall
image fond Redemption
image fond Atlantis
image fond London
Bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
Derniers Sujets


Multi-univers (médiéval fantasy, huit clos, post-apocalyptique, futuriste, dark london historique. A vous de choisir !)
 

Britlinga : Croyances & Religions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Folk Stories
classifié(e) comme
FolkStories
http://folkstories.forumactif.com http://folkstories.forumactif.com http://folkstories.forumactif.com
Agenda
Feuille de route
Agenda: Fermé
Marché Noir:
IdentityLocalisation : A travers le temps et l'espace...
Mood : Changeante...
Occupation : Vous observer.
Statut : In Love
Bout d'âme : A CORRIGER

Avatar : Aucun.

Message signé Folk Stories le Mer 17 Sep - 9:19

L'Univers Britlingan
De la mort naît l'éternité...

Britlingua, c'est une terre d'honneur, de perpétuité, de coutumes. Une terre qui finalement n'a pas beaucoup évolué depuis la création du monde. Foncièrement attachés à leurs acquis, à l'efficacité des méthodes adoptées, les Brilingans sont des êtres de forces, de courages, de détermination. Il n'existe pas meilleur combattant à travers toutes les dimensions, ils ont même créé certaines légendes de notre monde (les Assassin's par exemple). Britlingua est également la seule terre immortelle d'Antanaria, la capital de ce monde...

Pour mieux comprendre les Britlingans, voici dans un premier temps les fondements de leurs croyances...

Le Forgeron et la Tisserande...


Et ainsi naissent les légendes a écrit:
C'est avant tout une histoire d'amour, l'histoire du premier couple britlingan. Un forgeron et une tisserande. Le forgeron, passionné par sa profession, travailla son art avec acharnement, il mit toute ses forces, ses nuits et son intelligence au profit de la création de l'oeuvre ultime qui tendrait au plus près de la perfection. Un soir, alors que la lune était haute dans le ciel, il mit fin à son ouvrage : une épée magnifique dans sa simplicité, sans gemmes superflues, aussi légère qu'une plume, mais plus solide que n'importe quel alliage connu jusqu'à ce jour. Dáinsleif, puisque telle était son nom, fut pourtant le dernier ouvrage du forgeron. Fort heureux de ce qu'il avait accompli, il se coucha auprès de sa femme le sourire aux lèvres sans jamais se réveiller.
Son épouse, la tisserande, alors submergée par le chagrin et l'amour qu'elle ressentait pour le forgeron, fit de ses mains un linceul à l'image même de la vie du forgeron. Elle en recouvrit le corps de son aimé, et c'est sur ce même linceul que ses larmes s'imprégnèrent alors qu'elle suppliait les étoiles de lui rendre son mari.
Et contre toute attente, les étoiles lui répondirent...
Face à cet amour véritable, ces larmes de pur désespoir, les étoiles lui proposèrent un marché. En échange de ce que l'homme avait de plus précieux dans sa vie, il lui rendrait la vie et lui accorderait même l'immortalité pour que son épouse n'ait plus jamais à craindre de le perdre à nouveau.
Sans hésitation et sans jalousie au cœur, la tisserande enveloppa l'épée du forgeron dans le linceul et la fit reposer auprès de son mari. Au bout de quelques heures seulement, la respiration de son mari reprit, mais il n'ouvrit pas les yeux. Elle attendit, des heures, des jours, des nuits, persuadée de ne pas pouvoir lui survivre si jamais les étoiles lui avaient mentit.
La tisserande exigea alors des étoiles une explication, mais aucune réponse ne lui fut donnée. Toute sa vie la tisserande se demanda ce qu'elle avait pu faire de mal, apprit à redouter et à haïr les étoiles pour cette injustice qu'elle vivait. Seule, elle éleva ses trois fils sans jamais oublier de prendre soin de son mari.
Et une fois que la vie eut usé son corps et son esprit, alors qu'aucune ride n'était apparue sur le visage de son aimé, la tisserande s'allongea sous le linceul et s'éteignit tout contre lui... Mais alors que sa femme perdait la vie, le forgeron ouvrit les yeux pour capturer les derniers instants de son amour. Ainsi naquit le premier immortel. De l'arme il perdit la vie et renaquit ; de ceux qu'il aimait, il acquit l'immortalité et le devoir de les protéger...
Ainsi naquit le premier immortel de la société britlingane.
L'aîné des fils hérita de l'épée qui lui permit de donner naissance à l'élite immortelle. Le second hérita de la forge pour créer des armes et des ustensiles qui lui permirent de nourrir et de protéger la population. Quant au dernier, armé des souvenirs de sa mère et de son père, il érigea des temples pour que jamais leur histoire et ses conséquences ne soient oubliées, il fut le premier prêtre de la tisserande et de son forgeron... Du gardien et de la gardienne.






Ce qu'il reste aujourd'hui de cette légende:

  • La tradition veut que l'épousée offre à son mari un linceul fait de ses mains pour lui témoigner son affection, sa loyauté et sa protection.
  • L'Élite devient immortelle de la mort d'une arme (choisie par chaque prétendant). Elle seule pourra alors lui ôter une nouvelle fois la vie.
  • Les trois castes de la société sont intimement liées et interdépendantes les unes des autres. L'Élite représente la sécurité, la fierté et la protection du peuple. Mais cette élite est aussi liée aux armes forgées par les forgerons, à la qualité et l'abondance des produits fournis par la population. Quant aux prêtres et aux vierges, elles sont la morale, le souvenir et l'éthique de la nation.
  • La femme dans la société britligane est l'égal de l'homme, elle atteint seulement plus difficilement l'immortalité (puisque cela se fait au mépris de sa fécondité).


.

► Le forgeron et la tisserande ne sont pas des dieux dans le sens où l'entendent la plupart des religions. Ils ont eu une vie terrestre et ont accédé à un statut supérieur. Mais ils ne sont pas divinisés. Les Brit' leur rendent hommage au travers de fêtes et les placent au-dessus de tous les autres Brit', mais ils sont respectés en tant que fondateurs du monde britlingan avant toute chose.
.


Les Célébrations...


Il en existe 3 principales qui rassemblent l'intégralité de la population:

  • Fête de printemps/été: BALTAIN Nourrir l'intégralité de la population n'est pas une mince affaire, aussi à la période des moissons, des fourrages et de la fertilité, Élite, prêtres, vierges comme le reste de la population investissent ensemble les champs et les cultures pour stocker les vivres pour l'hiver. Des semaines durant ils travaillent ensemble sur un pied d'égalité, oeuvrant comme une seule et même main jusqu'à la nuit de la fertilité. Les jeunes hommes célibataires sont alors conviés à une grande chasse où les attendent le gibier de l'année. Ceux qui ramèneront les plus grosses prises avant que la lune ne soit à son zénith pourront alors retrouver les 5 vierges isolées dans les bois qui donneront naissance, si les étoiles le veulent bien, à la nouvelle génération de prêtres et de prêtresses du forgeron et de la tisserande... Le reste de la population profitant quant à elle du banquet, du feu de joie, de la danse et des divers jeux organisés jusqu'à ce que les grands chasseurs ne reviennent de leur orgie et ne mettent un terme à la fête de Baltain...
  • Fête d'Automne: SOHANE Pour honorer la construction de Britlingua, les Britlingans organisent une semaine en souvenir du forgeron et de la tisserande. Les anciens racontant aux nouvelles générations la création de leur monde, les légendes constitutives de leur société et les raisons qui les poussent à vouloir conserver ce mode de vie millénaire qui est le leur. C'est aussi le moment pour les jeunes générations de faire valoir leur volonté professionnelle pour ceux qui n'ont pas pu poursuivre l'entraînement de l'Élite. Lors de cette semaine de festivité, les jeunes deviendront des apprentis qui seront confiés à un référent/un maître d'oeuvre pour le reste de leur apprentissage. Cette célébration a pour but de célébrer le renouveau et l'avenir.
  • Fête d'hiver: CURADHMHIR Quand la neige a recouvert intégralement les terres, que même les cheminées ne parviennent pas à réchauffer l'intégralité de leur demeure, c'est à ce moment-là que l'Élite des Britlingans sélectionne les jeunes élus prêts à passer l'épreuve de la Greffe. Un mois durant, ces jeunes élus sont abandonnés dans les bois seulement armés de l'arme de leur choix, cette même arme qui les accompagnera dans l'éternité ou dans la mort. Ils devront alors survivre à la faune et à la flore sauvage, trouver comment se protéger du froid et se nourrir... En se battant contre les siens même, s'il le fallait puisque seule la survie individuelle, la preuve de sa force et de sa propre détermination importe pour la greffe, réussir c'est apporter la preuve incontestée que l'on est digne de l'immortalité et du pouvoir qui sera accordé. Une fois la lune haute dans le ciel, une fois les étoiles à leur apogée, une fois ce mois passé, un cor les rappellera au château pour la dernière étape de leur périple. La mise à mort.
    Lavés, habillés de blanc, ils sont alors envoyés dans leurs quartiers où, accompagnés de leurs familles ils seront mis à mort.
    Durant cette nuit, un gigantesque bûcher brûlera alors qu'un immense banquet sera servi. Au matin, alors que les dernières traces de fumée se seront dispersées, les morts reviendront à la vie ou le resteront définitivement, car tous n'atteindront pas l'objectif qu'ils s'étaient fixés. Comme tous ne reviendrons pas de ce mois perdu dans la nature.
    On raconte qu'après la mort, le Gardien et la Gardienne accueillent les âmes et que seuls les plus déterminés à vivre et protéger les autres peuvent revenir d'au-delà la mort...
    Il n'y aura pas de cérémonie particulière pour fêter les survivants. Par respect pour ceux qui n'ont pas réussi, ils seront simplement présentés au roi comme entrant dans l'Élite britlingan et leur arme solennellement remise entre leurs mains...
    La population quant à elle et l'Élite déjà active profiteront de ce mois pour commémorer ceux qui ont disparu, les défunts, l'honneur, la patrie et la force de leur unité. Un mois pour se souvenir, pour se rappeler l'importance de leur choix et de leur mode de vie. Un mois pour veiller les morts de l'année durant leur temps libre.


D'autres fêtes étalonneront cette année, les mariages, les naissances etc... Pour ces fêtes-là gardez à l'esprit le côté moyenâgeux, mais vous êtes libre de les organiser comme bon vous semble.

La Politique...


Il s'agit d'une souveraineté. Tous les 300 ans, l'aîné des enfants (homme ou femme) faisant partie de l'Élite reprend le flambeau. Exception faite, bien sûr, si le roi n'a pas d'enfant en vie ou si le plus compétent/fort revendique le trône.
Néanmoins, il faut garder à l'esprit que les britlingans sont fondamentalement conservateurs de nature.
L'histoire veut que le souverain régnant meurt de son arme pour laisser place à plus de jeunesse d'esprit et de vigueur.

En Images...


Dans un univers entre Tolkien, Bottero et Marion Zimmer Bradley...



Revenir en haut Aller en bas

Britlinga : Croyances & Religions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'Islam rejoint les autres religions
» L'histoire des religions et Tolkien
» l armure du Chevalier
» « Bondye bon », un documentaire saisissant
» Quelques questions pour ma présentation

Folks Stories :: Folks StoriesAccueil :: L'initiation... :: 1. L'Univers d'Antanaria-