Pvs / Scénarios
AntanariaDamnationNightfallRedemptionAtlantisLondon
pv1
Information et tout le tralala.
Lien du PV1 Antanaria
image fond Antanaria
image fond Damnation
image fond Nightfall
image fond Redemption
image fond Atlantis
image fond London
Bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
Derniers Sujets


Multi-univers (médiéval fantasy, huit clos, post-apocalyptique, futuriste, dark london historique. A vous de choisir !)
 

Vie quotidienne en Antanaria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Folk Stories
Folk Stories
classifié(e) comme
FolkStories
http://folkstories.forumactif.com http://folkstories.forumactif.com http://folkstories.forumactif.com
Agenda
Feuille de route
Agenda: Fermé
Marché Noir:
IdentityLocalisation : A travers le temps et l'espace...
Mood : Changeante...
Occupation : Vous observer.
Statut : In Love
Bout d'âme : A CORRIGER

Avatar : Aucun.

Message signé Folk Stories le Lun 27 Jan - 20:37

Vie quotidienne en Antanaria
Comment se déroule la vie dans ce monde...

¤ Agriculture : La population rurale est présente en majorité sur tout le territoire, notamment en ce qui concerne les humains. Ils sont la force ouvrière principale qui nourrit le royaume entièrement. Les parcelles de terrain leur appartiennent le plus souvent, et ce sont eux qui cultivent eux-mêmes leur production, principalement composée de céréales, de fruits et de légumes. La viande est également extrêmement présente et appréciée, quel que soit le niveau de vie des habitants. Toutefois, on remarquera que la qualité et le choix des morceaux dépendra forcément de la bourse de son consommateur, bien évidemment. Quoi qu'il en soit, la priorité est donnée partout aux cultures de subsistance. Les techniques mises en oeuvre sont archaïques, mais l'organisation agricole est particulièrement rodée, prouvant la maîtrise et la compréhension des Antanariens quant aux terres fertiles dont ils disposent. Même dans les montagnes d'Avalgor au sol ingrat, les techniques de jachère permettent de ne pas laisser la terre s'essouffler. Les hommes travaillent aidés de leurs boeufs ou de leurs chevaux (pour les plus riches), et utilisent charrues, faucilles, faux, etc. comme outils rudimentaires. Là sont les faiblesses qui expliquent parfois les rendements plus faibles selon les années. Les problèmes climatiques peuvent également sérieusement compromettre les récoltes, de même que d'éventuelles guerres, qu'elles soient intestines ou étrangères.
L'obsession de disposer de réserves solides garantit une implication de tous dans le travail aux champs, et plus encore durant les fêtes de Baltain.

¤ Alimentation : Si l'approvisionnement en nourriture constitue la préoccupation essentielle des populations et des autorités, il est loin d'être assuré lorsque les récoltes sont insuffisantes : c'est le temps des disettes, voire de la famine, avec leurs conséquences épidémiques. À la campagne, l'insuffisance et la monotonie règnent, troublées uniquement pendant les périodes de fêtes. Soupes, bouillies, pain noir ou de meilleure qualité, lait et hydromel sont les composantes principales de l'alimentation paysanne. Il en résulte des carences importantes, en particulier en viande, avec des conséquences certaines sur l'état sanitaire de la population. Ce déséquilibre et cette monotonie du régime alimentaire s'atténuent au fur et à mesure que l'on grimpe l'échelle sociale.
Parallèlement, Britlinga profite d'une diversité alimentaire non-négligeable. Les marchés abondent en fromages, en viandes, en gibier, en légumes et en fruits d'origines diverses. Quoi qu'il arrive, la ville et sa population nombreuse est toujours mieux approvisionnée que les campagnes. Si la récolte s'annonce mauvaise, les citadins s'efforceront par tous les moyens - y compris par la saisie par la force des grains dans les villages - de constituer des stocks. La ville n'en reste pas moins vulnérable aux variations de production. Les disettes et les émeutes ne sont pas à oublier pour autant.

¤ Arts et artisanat : Le plus développé reste la musique. Les Antanariens tout comme les Sholiens en sont friands, et les fêtes sont l'occasion idéale pour se livrer aux danses traditionnelles ainsi qu'aux morceaux connus et reconnus à travers tout le royaume. Partout où les bardes passent, l'hospitalité leur est offerte, du plus riche des citadins au dernier des paysans. L'art du récit est également très apprécié : les contes et les histoires fantastiques ne cessent jamais d'enchanter les populations. Si les préférences vont aux épopées du côté des plus riches, un héritage commun imprègne bel et bien les terres du continent.
Chant, danses et contes sont ainsi appréciés davantage que les représentations picturales, art propre aux Sholiens qui commencent timidement à l'introduire dans le quotidien des humains et des Britlingans. Il faut aussi compter sur l'artisanat. Joailliers et orfèvres des deux camps ne cessent d'affiner tout l'étendue de leur talent, avec un léger avantage pour ceux que l'on a longtemps appelés les "Longues-vies". Pour autant, ils ne sauraient égaler la force des architectes de la capitale, dont les constructions ont émaillé le territoire, jusqu'au port d'Eyfiö au cœur des montagnes d'Avalgor.

¤ Caste dirigeante : Le gouvernement assistant le roi est composé de cinq ministres : trois hommes, et deux femmes. Il n'y a que depuis quelques siècles que la gent féminine s'est vue offrir le droit au pouvoir, bien que s'estimant encore cantonnée aux responsabilités les moins décisives. Véritable plaque tournante de lois, de décisions et de compte-rendus auprès de leur souverain, le peuple les a surnommé les Mains d'argent, au vu de leurs nombre comme de leur rôle. En plus d'avoir à veiller au bien-être de la population, le gouvernement se répartit la diplomatie tour à tour selon les besoins de Scipio, veillant à ce qu'aucun parti ne soit lésé et participe fréquemment aux séances du Conseil, présidé par leur chef suprême.

¤ Climat : Le climat d'Antanaria est aussi divers que la nature de ses terres. Selon la ville ou les éléments naturels, il change et s'adapte, divisant généralement la stratosphère en deux. Au nord, les glaciers de Teluun et les montagnes environnant Avalgor sont propices à des hivers rigoureux, bien que la citadelle des frontaliers bénéficie d'étés chauds, voire suffocants. La présence de la mer par-delà les monts permet heureusement de modérer les saisons médianes, allant jusqu'à offrir des températures douces toutes l'année du côté d'Eyfiö. Le Désert des Lamentations, sec et aride vit de jours brûlants et de nuits froides et inconfortables, tandis que Myrnd, Britlinga et le reste du royaume bénéficie d'un climat continental ou européen. Les vents forts à l'ouest contrastent avec la paix régnant à l'Est. La capitale, elle, est souvent fortement ensoleillée, bien que connaissant des épisodes pluvieux pour les fêtes de Baltain, apportés par les nuages venant de la Mer. Seule une sécheresse persistante représente un danger permanent pour les cultures des habitants, accentuée du côté des carrières autour desquels lacs et ruisseaux se font cruellement ressentir par leur absence.

¤ Culture et éducation : Sur des terres où la culture orale est très majoritaire, le geste et la parole sont les vecteurs essentiels de la transmission du savoir. L'importance de "l'apprentissage", à la ville comme aux champs, témoigne de l'ampleur du phénomène. Peu à peu, un véritable processus d'enseignement se met en place, notamment à travers la création d'écoles. Pourtant, il ne signifie pas pour autant le triomphe de l'égalité devant l'instruction, loin de là : on ne peut que constater des progrès notables à l'écrit, surtout dans les zones de population les plus importantes, ainsi qu'une amélioration concernant la lecture, circulation des livres, etc.
En effet, malgré les progrès de l'alphabétisation, les savoirs populaires restent majoritairement techniques et professionnels. Les valeurs morales se trouvent au cœur de l'éducation. Quel que soit le milieu, on ne transige pas aux règles qui y ont cours, et personne n'a intérêt à manifester l'envie de sortir du terrain construit par ses aînés. On distingue également une certaine difficulté lorsqu'il s'agit de scolariser "les enfants du peuple". D'un côté comme de l'autre, des réticences demeurent. Les campagnes préfèrent initier le plus tôt possible les enfants aux travaux des champs, tandis que les bourgeois citadins profitent largement des avancées proposées par le gouvernement. Seuls les enfants d'Avalgor sont certains de profiter d'une culture commune et tout à fait respectable, y compris pour les filles et ceux qui ne tiendront pas forcément le rôle de frontalier.

¤ Diplomatie : La diplomatie est la chose la plus importante sur laquelle veille le gouvernement d'Antanaria. Il s'agit de contrôler les relations entre les natifs et les Sholiens, dont l'intégration est encore malaisée par endroits. Si Avalgor a finalement décidé d'ouvrir les bras aux métamorphes décidés à défendre le territoire avec les frontaliers, il n'en est pas de même pour tous les habitants du royaume. Jusque dans la noblesse, les réticences perdurent, et la fascination mêlée de crainte face à ces créatures extraordinaire y est pour beaucoup. Ainsi, les ministres se plongent corps et bien dans une paperasse administrative et complexe autant qu'ils multiplient les marques de bonne volonté, afin de se faire des alliés des Sholiens plutôt que des ennemis. Les émissaires ne sont pas choisis à la légère, et les échanges avec Myrnd sont aussi nombreux que nécessaires. La règle d'or ? Éviter les conflits entre individus autant que possible... même s'il est bien difficile de juguler les tempéraments rebelles ou prompts à la méfiance.

¤ Habitation : Ainsi que les niveaux de richesse se distinguent, le confort et la beauté des demeures antanariennes dépendent forcément de la bourse de leur propriétaire. La capitale reste un modèle en la matière, et il faut descendre du côté des remparts pour commencer à trouver des chaumières à l'aspect encore un peu rudimentaires. En effet, les plus aisés préfèrent les grandes habitations, vastes et spacieuses mais adaptées à leur environnement urbain. Si les façades ont l'air minces en apparence, c'est pour dissimuler bien souvent des cours intérieures et un environnement plus prolongé et dissimulé aux regards. Pièces nombreuses, jardins aux plantes rares et soigneusement entretenues... Là n'est pas le quotidien de la majeure partie de la population, aux revenus plus modestes. Les humains résident dans des bâtisses souvent construites rapidement, mais de manière à se protéger efficacement des intempéries et des animaux sauvages. Si leur aspect n'engage parfois à rien, il ne faut pas s'arrêter aux apparences, car ils sont devenus les maîtres en la matière de la protection et de la lutte contre le climat parfois capricieux du continent. Par ailleurs, certains paysans disposent d'une largesse de terrain leur permettant même de dépasser en superficie la taille des maisons bourgeoises de la capitale, et il va sans dire que la plupart de la population modeste ou pauvre dispose généralement d'un potager ou d'une parcelle cultivable privée permettant un approvisionnement en légumes lorsque les réserves ne peuvent être entamées.

¤ Monnaie et richesses : Le troc existe toujours, mais c'est bien entendu la valeur première de l'or ou de l'argent qui compte. Les pierres précieuses sont également très prisées par les guildes de joailliers et par les artistes longues-vies.

¤ Santé et natalité : Variable selon les récoltes. Les épidémies et la famine ne sont jamais des risques à prendre à la légère. En moyenne, une femme donne naissance à deux enfants viables. La médecine brit' comporte des failles sérieuses, malgré un investissement rigoureux des docteurs. La raison : une méfiance persistante face aux progrès de la médecine terrienne et un refus toujours vivant de quêter un savoir bénéfique du côté des métamorphes guérisseurs.

¤ Sécurité : Pour profiter de la sécurité des remparts et de la garde britlingane, les habitants doivent habiter dans l'enceinte de la Cité. Autrement, ils ne sont plus rattachés au peuple et perdent de ce fait le droit à la protection du Roi. Ils deviennent de ce fait plus vulnérable en cas d'attaque et doivent organiser leur propre défense en cas de problème.


Revenir en haut Aller en bas

Vie quotidienne en Antanaria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le jeu de rôle vie quotidienne !!!
» [Aisne(02)] Château de Coucy
» The handsome, the bad and the evil
» Connexion quotidienne
» Quotidienne ; cinquième semaine.

Folks Stories :: Folks StoriesAccueil :: L'initiation... :: 1. L'Univers d'Antanaria-